Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 5 (1 vote)

Interrompre ses études supérieures pour se frotter à la vie active

Interrompre ses études supérieures pour se frotter à la vie active
© Herreneck / Fotolia

Vous ne savez pas quoi faire plus tard ou hésitez entre différents métiers ? Vous avez envie de vous faire une idée plus concrète du monde professionnel ? Interrompre un an vos études supérieures pour travailler ou faire des stages peut être une solution pour avoir une première expérience de la vie active et vaincre vos doutes.

Que ce soit pour financer la suite de vos études ou tout simplement pour vous confronter à l’univers professionnel, interrompre son cursus d'études supérieures pour vous engager durant un an dans la vie active peut être très formateur. Mais gare au décrochage définitif !

Décrochez des contrats à durée déterminée pour vos premiers mois de vie active

"C’est incontestable, travailler vous permet de gagner en autonomie et en maturité !", assure Béatrice Potier, proviseure du lycée Marie Curie à Sceaux. D’abord parce que vous ne fréquentez plus seulement des étudiants, mais aussi parce que vous apprenez beaucoup en vous confrontant à la vie active, même sans vous en rendre compte. Respect des horaires, travail en équipe ou dans l’urgence, polyvalence, gestion du stress sont autant d’acquis appréciés des recruteurs, mais aussi des enseignants dans le cadre de votre reprise d’études.

L’exercice de l’entretien d’embauche est aussi intéressant pour apprendre à valoriser votre candidature. Et cela peut faire la différence quand vous serez confronté à d’autres entretiens, notamment pour intégrer une filière d'études supérieures sélective après votre break.

Le mieux est bien sûr de rechercher un job dans votre domaine de prédilection. Mais si vous ne trouvez pas, vous pourrez toujours argumenter en mettant en avant tout ce que vous a appris cette expérience.

Multipliez vos candidatures pour faire des stages dans différents secteurs

"Si vous décidez d’abandonner votre licence en cours d’année parce qu’elle ne correspondait pas à vos attentes, vous pouvez tout de même exploiter le temps qu’il vous reste et faire des stages ! Rapprochez-vous du service des stages pour intégrer une ou plusieurs structures durant 2 mois (voire 3 mois avec une dérogation). En explorant différents domaines, vous trouverez peut-être votre voie", explique Pascal Hauquin, responsable du pôle orientation, stages et insertion à l’université Bordeaux 3.

Dans ce cas, vous devez faire un compte-rendu de votre expérience mais il n’y aura pas d’évaluation puisqu’il ne s’agit pas d’un stage obligatoire. Renseignez-vous bien auprès de votre fac : toutes les universités ne donnent malheureusement pas ce type de convention.

Interruption d'études supérieures ; attention au décrochage !
Gagner sa vie et se sentir intégré dans une entreprise, c’est bien, mais ne perdez pas de vue votre premier objectif : revenir aux études ! Certains employeurs vous proposeront sans doute un contrat à durée indéterminée si vous avez su faire vos preuves durant votre année de break. Sachez prendre du recul et envisagez cette offre sur le long terme : sans diplômes, le risque est, parfois, de se fermer des portes ou de freiner son évolution, notamment financière. Bref, réfléchissez bien avant de vous engager et faites le point sur vos envies, vos projets.

Virginie Gruenenberger

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.

 

Posez vos questions aux conseillers du CIDJ

Posez vos questions, échangez vos avis, donnez vos tuyaux sur les thèmes :

Orientation & études, Stages - Jobs - Alternance, Formation continue, Aide aux projets, Partir à l’étranger,Venir en France