Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 4.5 (35 votes)

Pilote de chasse

Pilote de chasse
© Franz massard / Fotolia

Le pilote de chasse assure des missions aériennes définies par l’armée de l’air. Son travail comprend l’entraînement, la projection, le combat. Il s’inscrit dans trois grandes missions : dissuasion, protection du territoire, défense des intérêts du pays à l’extérieur.

Description métier

Le pilote de chasse est un officier et un ingénieur de l'Armée de l'air. Il mène des missions multiples : protection du territoire, dissuasion nucléaire supériorité aérienne, interception, opérations extérieures, appui au sol, renseignement.

Quelle que soit l’opération qui lui est assignée, le pilote de chasse prend connaissance de sa mission (briefing), s’assure que son appareil est opérationnel, pilote son avion pour une mission d’entraînement, de surveillance, de reconnaissance, d’interception, d’intervention au sol.

Rentré à sa base, il fait rapport de sa mission à sa hiérarchie (débriefing). Outre un avion à réaction les « outils de travail » du pilote sont hypertechniques : armements (tirs, missiles et bombes), équipement électronique et informatique (laser, radar, caméra).

Au quotidien le pilote de chasse se consacre à l’entraînement militaire, tir, parachutisme...

Un pilote de chasse n’est jamais seul quelle que soit sa mission. Il travaille en collectif dans son unité ou escadrille, au sol ou dans l’espace aérien.

Son métier demande une grande capacité d’adaptation aux nouveaux matériels et engins qu’il doit apprendre à maîtriser en permanence.

L’utilisation du Rafale, avion ultra moderne et sophistiqué, n’est que l’exemple le plus connu de cet impératif. Il va de soi que l’exercice de ce métier n’est pas sans risque… y compris, en certaines circonstances, pour sa vie.

Études / Formation pour devenir Pilote de chasse

Pour devenir pilote, il faut suivre :
-  une formation militaire initiale commune aux élèves officiers (durée : 17 semaines)
- une formation de pilote de chasse (durée : 4 ans). 

La formation rémunérée est délivée par l'Ecole de l'air de Salon de Provence (officier-ingénieur). Accès par concours CPGE après une classe prépa (filières M P, PC, PSI) . Il faut être de nationalité française, être âgé de 22 au plus et apte médicalement (pas de port de verres correcteurs). En 2016 : 56 places. 

Évolutions

Après l’École de l’air, les officiers effectuent des stages pour se spécialiser et sont affectés dans une unité opérationnelle de pilotage : chasse, navigateur, transport.

La carrière des officiers se déroule au sein de leur unité et se distingue par une augmentation régulière de responsabilités en termes de commandement et de gestion d’équipe (chef de patrouille, commandant d'escadrille...). Ils montent aussi en grade à l'ancienneté : lieutenant, capitaine.

S’il reste dans l’armée, un commandant d’unité évolue vers des postes de conception en faisant partie d’un état-major. Il peut accéder à un grand poste de commandement de l’armée de l’air.

Quelques-uns, très rares, peuvent devenir pilotes d’essai et travailler pour des constructeurs de l’aéronautique militaire ou civile.

Beaucoup postulent à des postes de pilote de ligne des compagnies aériennes (passagers et/ou fret).

Salaires

L’élève officier (aspirant) à l’École de l’air reçoit une solde mensuelle de 1 400 €. À sa sortie de l’école, en tant qu’officier avec le grade de lieutenant il touche 2 800 € mensuels net (environ) en comptant l’indemnité pour services aériens. Ce chiffre évolue parallèlement au grade.

Secteurs associés

Synonymes

  • pilote militaire
  • officier pilote

Josée Lesparre


Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.