Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 3.7 (21 votes)

Moniteur / Monitrice d'auto-école

Moniteur / Monitrice d'auto-école
© iMAGINE / Fotolia

Le moniteur d’auto-école assure la formation théorique et pratique des conducteurs des différentes catégories de véhicules : cyclo, moto, auto, poids lourd. Il prépare ses élèves au permis de conduire et fait d'eux des conducteurs responsables.

Description métier

Le moniteur d’auto-école dispense des cours théoriques et pratiques, individuels et collectifs. Son rôle éducatif est très important.

Grâce à lui, le futur conducteur acquiert à la fois des connaissances et des compétences qui lui permettront de circuler sans mettre en danger sa vie ni celle d'autrui. Le moniteur respecte pour cela un programme organisé en plusieurs étapes.

En pratique, le moniteur d'auto-école donne ses cours dans un véhicule équipé de doubles commandes (sauf pour les deux-roues). Il travaille la plupart du temps en situation réelle, c'est-à-dire au milieu de la circulation.

Il apprend à ses élèves à acquérir les bons réflexes, la maîtrise de soi et la maîtrise du véhicule. Prudence, vigilance et sécurité sont ses maîtres mots.

L'enseignement théorique du code de la route fait l’objet de leçons collectives et audiovisuelles au siège de l'auto-école. Cet enseignement est centré sur l’apprentissage des règles de conduite et des panneaux de signalisation. Il aborde aussi la responsabilité des conducteurs et le respect de la sécurité routière.

La majorité des cours a lieu le soir en semaine ou le samedi. Outre des horaires irréguliers et chargés (de 9 à 10h par jour), les embouteillages rendent les conditions de travail assez difficiles.

Comme tout enseignant, le moniteur d'auto-école doit faire preuve d’une grande patience et savoir mettre ses élèves en confiance. Une bonne résistance physique et nerveuse est donc nécessaire.

Études / Formation pour devenir Moniteur / Monitrice d'auto-école

Pour être moniteur d'auto-école, il faut obtenir le Bepecaser (brevet pour l'exercice de la profession d'enseignant de la conduite automobile et de la sécurité routière) . Pour passer ce brevet,  un niveau d’études équivalant au diplôme national du brevet (DNB) suffit, mais le niveau bac est recommandé.

Conditions :
- avoir 20 ans révolus ;
- être titulaire du permis de conduire B (automobile) depuis au moins 2 ans ;
- obtenir le Bepecaser (brevet pour l'exercice de la profession d'enseignant de la conduite automobile et de la sécurité routière) ;
- obtenir une autorisation administrative d'enseigner délivrée par le préfet valable 5 ans puis renouvelable par reconduction expresse.

Ce diplôme est complété par deux mentions spécifiques pour l’enseignement de la conduite des véhicules à deux-roues motorisés (mention « deux-roues ») et l’enseignement de la conduite des véhicules de transport de marchandises ou de transport en commun de personnes (mention « groupe lourd »).
Pour enseigner la conduite des deux-roues, il faut être titulaire du permis A (moto) et du Bepecaser mention deux-roues.
Pour enseigner la conduite des poids lourds, il faut être titulaire du permis de conduire D, E, C et du Bepecaser mention groupe lourd.

Attention, le Bepecaser est en cours de réforme. D'ici, l'été 2016 un titre professionnel devrait le remplacer : le titre professionnel d'enseignant de la conduite et de la sécurité routière (ECSR). Cette nouvelle formation (de niveau bac + 2) sera plus longue que le Bepecaser (1 225h contre 630h pour le Bepecaser). Elle comprendra 2 certificats : le Certificat de Compétences Professionnelles 1 (CCP1) pour former des apprenants conducteurs par des actions individuelles ou collectives dans le respect des cadres réglementaires en vigueur ; le Certificat de Compétences Professionnelles 2 (CCP2) pour sensibiliser l'ensemble des usagers de la route à l'adpotion de comportements sûrs et respectueux de l'environnement. 

Une personne désirant devenir enseignant de la conduite aura deux chemins différents pour y parvenir. Elle pourra soit s’inscrire dans un centre de formation agréé et suivre l’intégralité de la formation (CCP1 et CCP2). Dans ce cas, elle devra effectuer un stage en entreprise de 105 heures durant lesquelles elle sera placée sous la responsabilité d’un enseignant de la conduite et ne pourra être qu’observatrice. Soit, elle pourra opter pour une formation en alternance en signant un contrat de professionnalisation avec une auto-école. Dans ce cas, elle pourra dès l’obtention de son 1er CCP participer activement à l’activité de l’entreprise en donnant des cours en relation avec la thématique du 1er CCP obtenu.

Évolutions

Après 2 ans d’expérience (ou 3 800h), un moniteur d'auto-école peut s'installer comme exploitant d'auto-école (un agrément préfectoral est exigé).

Pour devenir formateur d'enseignants de la conduite ou animer des stages destinés aux conducteurs responsables d’infractions qui doivent récupérer des points sur leur permis, il faut préparer le BAFM (brevet d'aptitude à la formation des moniteurs). 

Il peut enfin se présenter au concours de recrutement d'inspecteur du permis de conduire.

Salaires

Environ 1 550 € brut par mois pour un moniteur d'auto-école débutant.

  • Nouveau métier : Non

En savoir plus

Site de la Sécurité routière
www.securite-routiere.gouv.fr

Site dédié au Bepecaser
www.bepecaser.org

Les différentes catégories du permis de conduire
www.permisdeconduire.gouv.fr

Patrick Neyroud


Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.