Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 4.8 (4 votes)

Ingénieur technico-commercial

Ingénieur technico-commercial
© Food photo / Fotolia

Développeur commercial hypertechnique, l’ingénieur technico-commercial est l’interface entre une production de biens ou de services et une clientèle potentielle. Il négocie pour décrocher un marché et augmenter le chiffre d’affaires de son employeur.

Description métier

Si le métier n’est pas limité à un secteur d’activité en particulier, les plus gros employeurs de technico-commerciaux sont les entreprises de production et d’installation de biens d’équipement de haute technologie (électronique, génie civil, agroalimentaire, mécanique, matériel médical…).

Mais les services aux entreprises et l’assurance ont aussi recours à ces professionnels, parfois sous des intitulés différents.

Homme de communication, l'ingénieur technico-commercial met en valeur le savoir-faire et la réputation de l’entreprise, mais son cœur de métier reste la prospection et le développement de la clientèle, les études de marché et la promotion publicitaire.

Il analyse la demande et les problèmes du client, et lui propose des solutions et des études de faisabilité grâce aux biens ou services produits par sa société. En ce sens, c’est un négociateur : il présente un devis, prend la commande et prépare le contrat de vente.

Ensuite, il doit savoir superviser l’installation, les essais et la mise en service du matériel chez le client, après quoi il assure le suivi technique.

Le savoir-faire commercial de cet ingénieur s’appuie donc sur une parfaite connaissance technique du produit. Aucun aspect du processus de fabrication ne lui est étranger, et son argumentation de vendeur ne peut s’articuler que grâce à cette expertise.

Cette double dimension « ingénieur et expert » est particulièrement présente dans les industries technologiques haut de gamme. C’est pourquoi le technico-commercial est en relation étroite avec tous les responsables en amont (R&D, bureau d’études et production), auxquels il communique d’ailleurs les éventuelles remarques de la clientèle.

Parallèlement, il participe à la formation « maison » des nouveaux technico-commerciaux embauchés.

Selon les secteurs industriels ou les services, l’ingénieur commercial est souvent amené à se déplacer, y compris à l’étranger.

D’ailleurs, la connaissance de l’anglais économique et financier est un impératif professionnel.

Études / Formation pour devenir Ingénieur technico-commercial

Il n’existe pas de formation d’ingénieur technico-commercial à proprement parler, puisque le profil demandé peut varier selon le produit à promouvoir.

En général, l'objectif est de compléter un diplôme d’ingénieur spécialisé dans un secteur industriel ou une technique (chimie, électronique, automatisme, mécanique…) par un diplôme de commerce/marketing/vente/relation client ou un mastère spécialisé (MS) d’une école supérieure de commerce. 

Diplômes d'ingénieur spécialisé (exemples) : 
- diplôme d'ingénieur du CESI (11 spécialisations possibles)
- diplôme d'ingénieur d'Esme-Surdia (génie électrique)
- diplôme d'ingénieur de l'ECE (informatique)
- diplôme d'ingénieur de l'école spéciale de mécanique et d'électricité
- diplôme d'ingénieur de l'école supérieure du bois
- diplôme d'ingénieur de l'institut d'enseignement supérieur et de recherche en alimentation, santé animale, siences agronomiques et de l'environnement
- diplôme d'ingénieur de l'ecole polytechnique universitiare de Lille spécialité instrumentation

À l’université ou dans des établissements privés, plusieurs masters professionnels (bac + 5) orientés vers la relation clientèle ou mixtes conduisent également vers la fonction. Exemples :

- management et direction commerciale (Lyon 3)
- distribution et relation client (Paris-Dauphine)
- ingénierie d’affaires (Strasbourg 3, UPEC, Euridis)
- ingénierie de projets et d'affaires (ISIALM)
- manager des opérations et de projets industriels (Ipisud)
- manager en ingénierie d'affaires (EGC Lille, Sup de vente Paris)
- stratégie commerciale et politiques de négociation (Paris 1)
- biologie et techniques de commercialisation (Grenoble 1)
- commercialisation en instrumentation scientifique (Aix-Marseille 3)
- marketing et vente en milieu industriel (Lyon 3)
- marketing et ingénierie d'affaires (ESSCA)
- ingénierie commerciale et gestion de projets (INSEEC)
- commerce marketing spécialité distribution vente (Cnam)
- ingénierie technico-commerciale en solutions globales scientifiques (Cergy Pontoise)

Consulter : www.orientation-pour-tous.fr

À noter : les titulaires d’un titre d’ingénieur peuvent négocier une entrée directe en master ou des dispenses d’enseignement.

Évolutions

Ce métier offre de larges possibilités d’évolution.

En interne, il est possible d’avoir des responsabilités élargies et de mener des négociations plus ardues en devenant responsable des ventes à l’exportation ou directeur commercial.

En changeant d’entreprise, le technico-commercial voit le type de produit et la clientèle varier.

Salaires

De 2 500 à 3 000 € brut par mois pour un ingénieur technico-commercial débutant, et jusqu’à plus de 4 000 € brut par mois pour un ingénieur plus expérimenté.

Comme dans beaucoup de fonctions commerciales, des primes d’intéressement ne sont pas à exclure.

Secteurs associés

Synonymes

  • ingénieur d'affaires
  • ingénieur commercial
  • Métier qui recrute : Oui

En savoir plus

Chambre syndicale nationale des forces de vente
www.csn.fr

Conférence des grandes écoles
www.cge.asso.fr

Commission des titres d’ingénieurs
www.cti-commission.fr

Centre d’études supérieures industrielles
www.cesi.fr

Le Cerfal propose 65 formations en apprentissage du CAP au Master 2 tous secteurs confondus en Île-de-France, rejoignez-nous !

Patrick Neyroud


Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.