Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 3.7 (6 votes)

Guide de haute montagne

Guide de haute montagne
© Michel Forest - Fotolia

Alpiniste de haut niveau, le guide de haute montagne conduit et accompagne des personnes dans des excursions ou des ascensions. Ses domaines privilégiés sont les sommets des Alpes, de l’Himalaya, des Andes…

Description métier

La cordée traditionnelle guide-client-porteur appartient au passé ! Aujourd’hui, le guide de haute montagne accompagne et conduit son ou ses clients sans porteur.

Sur des rochers, dans la neige, sur la glace ou sur terrain mixte, le guide de haute montagne connaît parfaitement les voies d’accès et veille à la sécurité des alpinistes amateurs dont il a la responsabilité. La plupart du temps, il accompagne ses clients pour des courses réputées faciles. 

Il peut enseigner les techniques de l’alpinisme, de l’escalade et du ski de randonnée, du ski hors pistes et du ski-alpinisme. Il peut aussi encadrer des randonnées à pied en moyenne montagne, en vélo tout terrain ou encore des descentes de canyons.

Parce que tous les sommets doivent être accessibles au guide de haute montagne, de bonnes capacités physiques, techniques et morales sont exigées pour exercer ce métier. La maîtrise d'une langue étrangère est sans contexte un plus pour accompagner une clientèle de plus en plus cosmopolite. 

À noter : ce métier n'assure pas de nombreux débouchés. On compte en France 1 600 guides de haute montagne en activité, et seuls 40 aspirants guides sont diplômés chaque année. 80% d'entre eux ont une activité secondaire, soit sportive (pisteur secouriste, moniteur de ski) soit liée à un autre secteur. Sans oublier d'autres activités annexes : nettoyage ou réfection de constructions de grande hauteur (pont de Normandie, tour Eiffel, Arche de la Défense…).

Études / Formation pour devenir Guide de haute montagne

Pour devenir guide de haute montagne, il faut obtenir le Diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne délivré par l’École nationale de ski et d’alpinisme (Ensa).

La formation s'effectue sur 40 mois en alternance. Elle comprend différentes étapes (aspirant guide 1 : fondamentaux, aspirant guide 2 : ski de montagne, aspirant guide 3 : alpinisme, aspirant guide 4 : alpinisme hivernal, examen final). Elle est accessible après un examen probatoire (liste de courses + PSC1) ouvert sans condition de diplôme. 

Tous les 6 ans, un stage de recyclage est obligatoire. 

Cas particulier : pour devenir gendarme de haute montagne (sous statut militaire), il est conseillé de préparer d'abord le diplôme de guide ou de moniteur de ski, puis d'entrer à la gendarmerie afin d'être affecté dans un peloton spécialisé.

Évolutions

Un guide de haute montagne peut devenir formateur ou enseignant à l’Ensa ou dans toute autre structure de préparation aux métiers de la montagne.

Un guide de haute montagne renommé et fort de multiples expériences peut, en parallèle de son activité, publier des carnets de route, des ouvrages techniques ou de photographie, éditer des reportages, documentaires…

Salaires

Le guide de haute montagne est le plus souvent un travailleur indépendant dont les tarifs s’établissent à la journée. Son activité est bien évidemment fonction de la météo. 

Exemples :
- journée d’été : entre 240 et 300 € environ, selon la difficulté
- journée d’hiver : entre 300 et 400 €, selon la difficulté

De nombreuses formules existent : demi-journée, 3 jours, groupe, tour du Mont-Blanc, courses d'initiation…

S’il travaille en entreprise de travaux acrobatiques (cordiste) pour un organisme de vacances ou une municipalité, par exemple, le guide de haute montagne peut être salarié, mais à des conditions très variables.

En savoir plus

École nationale de ski et d'apinisme (Ensa)
www.ensa.jeunesse-sports.fr

Direction régionale Jeunesse, Sports et Cohésion sociale Rhône-Alpes
www.rhone-alpes.drjscs.gouv.fr

Syndicat des guides de montagne (SNGM)
www.sngm.com

Josée Lesparre