Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 3.5 (6 votes)

Emballeur / Emballeuse

Emballeur / Emballeuse
© AFT IFTIM

L’emballeur est un spécialiste de l’empaquetage et du conditionnement. La nature de la marchandise, le mode et la durée du transport prévu président au choix de l’emballage. Porcelaine et pièces détachées d’automobiles ne voyagent pas de la même façon.

Description métier

L’emballeur travaille pour une entreprise de transport ou au service expédition d’une entreprise industrielle.

Il protège les objets contre les risques du transport et des manutentions qui l’accompagnent nécessairement. Pour cela, il utilise des emballages préfabriqués et adaptés.

Dans certains cas, l’emballeur réalise lui-même un packaging spécifique avec des outils traditionnels.

Dans un service d'expédition d'une entreprise industrielle, il occupe un poste d'opérateur de conditionnement. Il travaille alors sur une machine automatisée qui lui permet de traiter des lots pré-emballés sur lesquels il opère des contrôles aléatoires.

Selon sa qualification, l’emballeur peut donc aussi être un concepteur d’emballages (papier, carton, plastique…) dont il promeut la production et parfois la commercialisation.

L’emballeur a également la haute main sur l’étiquetage : il contrôle les repères qui autorisent les opérations de traçabilité (les codes-barres, étiquettes informatisées, qui permettent de suivre à la trace la marchandise emballée, heure par heure si nécessaire).

Dans l’entrepôt, l’emballeur effectue ou supervise la mise sur palettes avant expédition. Enfin, dans certains secteurs, il est spécialisé dans la confection des emballages en bois : c’est le layetier-emballeur, qui fabrique des caisses destinées aux objets fragiles (tableaux, œuvres d’art, maquettes…).

Dans l'industrie, le travail en équipe du service d'expédition est organisé souvent en 3 x 8 et s'effectue sur une chaîne d'emballage dans une ambiance assez bruyante.

Études / Formation pour devenir Emballeur / Emballeuse

Du CAP à Bac+3 :

- CAP emballeur professionnel (diplôme le plus indiqué, 2 ans après la 3e),
- CAP déménageur sur véhicule utilitaire léger,
- CAP conducteur d'installations de production,
- Bac pro PLP - pilote de ligne de production (3 ans après la 3e),

- BTS technico-commercial, option emballage et conditionnement  (2 ans après Bac),
- BTS industries papetières (2 options)
- DUT packaging, emballage et conditionnement  - PEC (2 ans après Bac),
- licences pro (bac+3 à l'université) : métiers de l'emballage et du conditionnement Lille 1, technologiste d'emballage Clermont-Ferrand 2...

À noter : l’industrie de l’emballage, plutôt florissante, compte aussi des ingénieurs spécialisés issus de l’ESIEC (École supérieure d’ingénieurs en emballage et conditionnement) de Reims.

Évolutions

Avec de l’expérience professionnelle ou des suppléments de formation, un emballeur peut accéder à des responsabilités d’encadrement d’équipe ou se spécialiser dans l’emballage de marchandises particulières (objets fragiles, par exemple), ou encore s’orienter vers la fabrication d’emballages spécifiques ou nouveaux.

Salaires

Un emballeur débutant gagne le Smic (1 467 € brut mensuel).

Entre 1 550 € et 2 000 € brut par mois, selon les secteurs, pour un technicien de l’emballage.

Secteurs associés

Synonymes

  • layetier
  • opérateur de conditionnement

En savoir plus

Comité français de l’emballage
www.cofepac.org

COPACEL (Confédération française de l’industrie des papiers, cartons et celluloses)
www.copacel.fr

Syndicat de l’emballage industriel et de la logistique associée
www.seila.fr

Fédération des entreprises de transport et logistique de France
www.e-tlf.com

Patrick Neyroud


Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.