Notez !
Votre notation : Aucun(e) Moyenne : 4 (4 votes)

Contrôleur de défense aérienne

Contrôleur de défense aérienne
© Skill Up / Fotolia

Sous officier de l'armée de l'air, le contrôleur de défense aérienne assure la circulation aérienne des avions militaires et le contrôle des opérations aériennes.

Description métier

Le contrôleur de défense aérienne évolue au sein d'une équipe, il est en contact direct avec les pilotes militaires et surveille l'espace aérien national. Ses attributions couvrent de nombreux domaines tels que la surveillance, le contrôle, l'interception, l'assistance aux opérations aériennes... 

Contrôleur de circulation aérienne, il assure la régulation des avions militaires sur les aérodromes. Il informe les équipages en approche ou en phase de décollage, alerte et assiste les avions en difficulté. 

En tant que contrôleur des opérations aéiennes, il surveille l'espace aérien depuis la salle d'opération d'un centre radar. En cas de signalement d'un avion suspect ou non identifié, il envoie la permanence opérationnelle pour contrôle et interception. Dans le cadre des missions opérationnelles en France ou à l'étanger, il assure le contrôle au radar des opérations militaires et donne des informations de guidage lors des missions de combat de défense aérienne. 

Études / Formation pour devenir Contrôleur de défense aérienne

Conditions d'accès
Le contrôleur de défense aérienne dépend du corps des sous-officiers. À ce titre, les conditions exigées pour postuler sont les suivantes :

  • être titulaire d'un baccalauréat 
  • avoir moins de 24 ans lors du dépôt de candidature
  • être en règle vis-à-vis de ses devoirs civiques (recensement JDC).
  • être français

Les postulants peuvent se présenter au Centre d'information et de recrutement des forces armées (CIRFA) pour y retirer un dossier de candidature à tout moment de l'année.

Formation
Une fois la candidature enregistrée, le candidat est soumis à des tests de capacité comprenant une évolution sportive, un inventaire médical, des tests psychotechniques et pour finir des entretiens de motivation. Pour certains métiers requérant des prédispositions particulières le candidat peut être soumis à des tests spécifiques complémentaires.

En cas de réussite à tous ces tests et ayant reçu l'aval de la commission d'intégration, le candidat intègre l'armée de l'air et signe son contrat (5 ans sauf cas particuliers).

En tant qu' élève sous-officier, il suit alors une formation orientée en 3 phases :

- une formation militaire : à l'École des sous-officiers de Rochefort, l'élève apprend les rudiments de la vie de militaire durant 16 semaines : maniement des armes, règles de discipline générale, renforcement musculaire, progression sportive...Ces quatre mois sont validés par la remise d'un               certificat  d'aptitude militaire (CAM).

- 6 semaines de tronc commun « contrôleur » à l’issue duquel se fait le choix de circulation ou opération aérienne

  • 18 semaines de stage de qualification élémentaire pour la partie « opérations aériennes » suivi d’une nouvelle orientation : 8 semaines pour les contrôleurs « en-route », 12 semaines pour les contrôleurs « défense aérienne » 
  • 37 semaines de stage de qualification élémentaire pour la partie « circulation aérienne »,

- phase d'application en unité, sous la forme d'un parrainage de 6 mois à 1 an.

Évolutions

Le sous-officier a la possibilité d'évoluer de 2 manières distinctes :

  • En tant que sous-officier : son ancienneté ajoutée à divers examens et stages qui jalonnent sa carrière, l'amène à progresser en grade et responsabilités.  De grade d'aviateur jusqu'au grade de caporal-chef après 4 mois de service, puis grade de sergent à compter du 13ème mois de service. Possibilité  d'évoluer vers le statut de sous-officier de carrière. 
  • En accédant au corps des officiers : soit par concours interne en début de carrière (après 2 à 3 ans en poste de sous-officier), soit  plus tardivement, sur dossier et entretien (après une quinzaine d'années en tant que sous-officier).

Ce changement statutaire donne lieu à de plus grandes responsabilités et permet d'accéder à une échelle de rémunération plus importante.

Salaires

Élève sous-officier : 1 329 € net
Sergent (3 ans de service) : 1 387 € net
Sergent-chef (10 ans de service) : 1 565 € net

Ces chiffres sont donnés à titre informatifs et sont soumis à des variations sensibles suivant la spécificité du métier : risques, responsabilités, prime aéronautique, prime de saut en parachute, etc.

Synonymes

  • contrôleur de circulation aérienne
  • contrôleur des opérations aériennes

Josée Lesparre


Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.