Auxiliaire de puériculture

Auxiliaire de puériculture (Visuel) © Fotolia/Pavel Losevsky

L'auxiliaire de puériculture s’occupe d’enfants bien portants ou malades. Elle peut exercer en centre d’accueil permanent, aux consultations d’une PMI, en crèche, au domicile de l’enfant, en maternité ou dans un service hospitalier.

Description métier

En maternité ou dans un service hospitalier, l’auxiliaire de puériculture (AP) donne les soins ordinaires aux nouveaux-nés ou aux enfants en bas âge.

Elle les pèse, les mesure, les change, fait leur toilette et prépare les biberons. Elle conseille aussi les mères dans les soins les plus courants. Enfin, c'est elle qui assure l'entretien de la chambre de l'enfant et du matériel utilisé.

Une auxiliaire de puériculture qui travaille en établissement hospitalier est appelée à travailler de jour comme de nuit, et doit assurer des gardes les week-ends et jours fériés. Elle est souvent debout et travaille dans le bruit (pleurs, cris…).

Dans les PMI (centres de protection maternelle et infantile), l'auxiliaire de puériculture assiste aux consultations données par le médecin. Elle accueille les enfants, les pèse et les mesure. Elle tient les dossiers à jour et conseille les parents. Elle veille aussi à assurer la propreté du matériel et des locaux.

En PMI, les horaires sont fixes : de 8h-9h à 17h-18h.

En crèche ou en halte-garderie, l'auxiliaire de puériculture est responsable d'un groupe de 5 à 8 enfants bien portants, âgés de 3 mois à 3 ans. Ses activités suivent le rythme des enfants : elle les change, les fait manger ou apprend aux plus grands à manger seuls, à marcher, à devenir propres. Elle organise également des jeux et des activités d'éveil.

En crèche ou en halte-garderie, les horaires de travail sont réguliers, mais décalés : à partir de 7h jusqu'à 19h.

Quel que soit son lieu d'exercice, l'auxiliaire de puériculture doit faire preuve à la fois de responsabilité et de douceur auprès des enfants. Elle est membre d’une équipe placée sous le contrôle d'un responsable : puéricultrice, éducatrice de jeunes enfants, infirmière…

Les débouchés diffèrent selon la région et le type de structure ou  de service, mais les opportunités d'emploi sont globalement moins  nombreuses en province. Cependant, certains secteurs sont porteurs, notamment les soins à domicile ou les services de néonatalogie.

À noter : dans les haltes-garderies, les auxiliaires de puériculture sont concurrencées par les assistantes maternelles, titulaires du CAP petite enfance.

A lire aussi

Avec ou sans le bac, le secteur du paramédical recrute


Aide-soignant, un métier de contact et d'écoute

Sans diplôme, passez le concours d'auxiliaire de puériculture

Études / Formation pour devenir Auxiliaire de puériculture

Pour devenir auxiliaire de puériculture, il faut être titulaire du DEAP (diplôme d'État d'auxiliaire de puériculture).

Le diplôme se compose de 1 435 h d'enseignements théoriques et cliniques, en IFAP (institut de formation d'auxiliaire de puériculture) sur 17 semaines soit 595h. Un stage de 24 semaines (840h) complète la formation.

Une soixantaine d’établissements publics préparent à ce diplôme.

L'entrée s’effectue sur concours.Pour se présenter au concours, il faut avoir 17 ans minimum à la date d’entrée en formation. Aucun diplôme n'est exigé, mais il faut réussir deux épreuves de sélection (épreuve écrite d'admissibilité + épreuve orale d'admission). Les épreuves portent sur le programme de l'ancien BEP carrières sanitaires et sociales : biologie, nutrition, alimentation…

Dates des concours : www.infirmiers.com

Les titulaires d'un bac (comme le bac pro accompagnement, soins et services à la personnes) ou d'un diplôme du secteur sanitaire de niveau V (comme le CAP petite enfance) sont dispensés de l'épreuve d'admissibilité.

Évolutions

Avec une expérience professionnelle de 3 ans minimum dans le secteur hospitalier ou médico-social, une auxiliaire de puériculture peut passer le concours d’entrée des Ifsi (instituts de formation en soins infirmiers) pour préparer le diplôme d'État d'infirmier ou le DEEJE (diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants).

Salaires

1 445 € brut par mois (primes comprises) pour une auxiliaire de puériculture en début de carrière dans le secteur public.

Métier accessible

  • après la 3e, un CAP ou un BEP

Centres d'intérêts

  • Soigner, secourir
  • Travailler avec des enfants ou des adolescents

Synonymes

  • jardinière d'enfants
  • Métier qui recrute : Oui

En savoir plus

Portail des métiers de la santé et du social

Anap (Association nationale des auxiliaires de puériculture)
www.asso-anap.net

Site d'information sur le métier
www.devenir-auxiliaire-puericulture.fr

ANSP (Agence nationale des services à la personne)
www.servicesalapersonne.gouv.fr

Cours Minerve

Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.

 

server2