Notez !
Aucun vote pour l'instant.

Auxiliaire ambulancier

Auxiliaire ambulancier
© Ernest Prim - Fotolia

L’auxiliaire ambulancier assure sur prescription médicale le transport de malades dans un véhicule sanitaire léger (VSL). Dans une ambulance, il assiste l’ambulancier.

Description métier

L’auxiliaire ambulancier est habilité à transporter des malades dans un VSL. Responsable de la mission, son rôle est d’assurer la sécurité du patient. 

L’auxiliaire ambulancier peut également venir en soutien de l’ambulancier lors d’un transport en ambulance : conduite, manutention, brancardage, soins au patient éventuellement. Il doit être capable de participer avec lui à la prise en charge d’une urgence. 

Responsable du véhicule, l’auxiliaire ambulancier assure l’entretien courant du VSL ou de l’ambulance. 

Outre une bonne maîtrise de la conduite, ce métier nécessite calme et disponibilité. Des gardes, astreintes et permanences sont en effet à prévoir. Une bonne résistance physique est également indispensable car l’auxiliaire ambulancier passe l’essentiel de son temps assis au volant de son véhicule la plupart du temps dans les embouteillages. Il faut bien entendu apprécier aussi le travail en équipe et avoir un bon relationnel car l’auxiliaire ambulancier est au contact permanent avec les patients.

L’auxiliaire ambulancier exerce au sein d’une entreprise privée de transport sanitaire ou d’un établissement de santé (public ou privé).

Études / Formation pour devenir Auxiliaire ambulancier

L’auxiliaire ambulancier doit détenir obligatoirement une validation délivrée après évaluation des compétences et une formation de 70h. 

Cette formation est dispensée par les instituts de formation d’ambulanciers (liste disponible sur le site du CNSA).  Au programme : l’hygiène, la déontologie, les gestes de manutention, les règles de transport sanitaire, les gestes d’urgence… Elle permet d’obtenir : 

- une attestation de formation d’auxiliaire ambulancier

- une attestation de formation aux gestes et soins d’urgences de niveau 2 

Pour suivre cette formation, il est impératif d’avoir le permis B depuis au moins 3 ans (ou 2 ans si conduite accompagnée). Une attestation préfectorale d’aptitude à la conduite d’une ambulance, un certificat de vaccinations et un certificat de non contre-indication à l’exercice du métier d’auxiliaire ambulancier sont en sus exigés. 

Évolutions

L’auxiliaire ambulancier peut devenir ambulancier en passant le diplôme d’état. Il bénéficie de dispenses : 
- dispense du stage de découverte de 140h (à condition d’avoir travaillé un mois en continu), 
- dispense de l’épreuve orale d’admission s’il a exercé en continu pendant un an à temps plein. 

Salaires

L’auxiliaire ambulancier est rémunéré au SMIC. 

Métier accessible

Secteurs associés

Synonymes

  • conducteur de véhicule sanitaire léger
  • Nouveau métier : Oui
  • Métier qui recrute : Non
  • Métier en tension : Non

En savoir plus

FNTS – fédération nationale des transports sanitaires
www.fnts.org

CNSA - chambre nationale des services d’ambulances
www.cnsa-ambulances.com

Autour du métier de Auxiliaire ambulancier

  1. Ambulancier / Ambulancière

Autres métiers dans les mêmes centres d'intérêts

Josée Lesparre


Besoin de rencontrer un conseiller ?

Infos et conseils prés de chez vous dans tout le réseau Information Jeunesse...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.