Notez !
Aucun vote pour l'instant.

Emploi : quoi de neuf dans l’audiovisuel et le cinéma ?

Emploi : quoi de neuf dans l’audiovisuel et le cinéma ?
© Jakob Owens/ Unsplash

"L’année 2017 promet d’être une belle année pour la production audiovisuelle et cinématographique" se réjouit Yann Marchet de la Commission du Film d’Ile-de-France à l’occasion de la sortie de l’étude annuelle menée avec le groupe Audiens. 

Après un cap difficile, le secteur affiche depuis 2015 un retour à la croissance marqué par une hausse du nombre d'emplois permanents (+9% de CDI) et d’entreprises franciliennes (+2% en 2015, +4% en 2016 pour atteindre 5 318 structures). 

Les tournages se multiplient en Ile-de-France

L’emploi en Ile-deFrance, région qui concentre 90% des industries techniques et de l’audiovisuel, a été dopé notamment grâce à de nouveaux dispositifs fiscaux. "On a vu une baisse de 46% du taux de délocalisation des films français explique Yann Marchet de la Commission du Film Ile-de-France France les films « Au revoir là-haut » d’Albert Dupontel et « Marie-Françine » de Valérie Lemercier devaient initialement être tournés à l’étranger et ont finalement été tournés en France."

Un dynamisme qui s’opère aussi pour les séries TV avec le tournage en 2015 du « Bureau des légendes » tourné à la Cité du cinéma (93) ou de « Versailles » dans les studios de Bry-sur-Marne (94).

Des signes encourageants du côté aussi des productions internationales : "On a multiplié par trois les investissements étrangers" souligne Pierre-Yves Bournazel, président de la Commission du Film Ile-de-France. La région a notamment accueilli en 2016 le tournage du film indien « Befikre » et de « Jackie » de Pablo Larrain. 

Une embellie qui devrait se poursuivre puisque la capitale accueille depuis début avril le tournage du film Mission impossible 6, une grosse production qui n’emploie pas moins de 400 techniciens.

Animation et effets visuels, un levier de croissance important

L’animation française continue son développement avec des productions internationales fabriquées en Ile-de-France par des studios comme Team to, Mikros image, Cube creative ou encore Illumination Mac Guff.

"On a un levier de croissance très important dans ces domaines, mais il faut rester vigilent face à la concurrence londonienne, canadienne ou belge" prévient Yann Marchet.

Une concurrence internationale féroce aussi bien pour capter les nouveaux projets que les meilleurs talents. "C’est compliqué de s’aligner sur les rémunérations américaines reconnait Cyril Le Pesant CEO et cofondateur de Knightworks Pour faire revenir les talents ou éviter qu’ils ne partent on a donc besoin de développer des projets attractifs."

" En France on était beaucoup axé sur des retouches d’images comme le gommage de câble, or ce n’est pas le type de projet qui fait revenir les gens ! remarque Anne Gourdon DGA de Quad production En revanche le travail de création d'un univers différent du réel attire "Pour le film catastrophe à gros budget « Dans la brume », les graphistes ont des étoiles dans les yeux quand il travaille dessus et ça ça fait plaisir à voir" souligne-t-elle.

Le saviez-vous ? Les industries culturelles et créatives (cinéma, télévision, arts graphiques, jeu vidéo, spectacle vivant…) regroupent 1,3 millions d’emploi soit beaucoup plus que le secteur de l’automobile d'après le 2e panorama de l’économie de la culture et de la création en France élaboré par EY. Si ces domaines vous intéressent, lisez notre dossier Travailler dans le cinéma : mission impossible ? et nos fiches métiers du secteur culture-spectacle.

Thématiques associées :

Réseau IJ

Infos et conseils prés de chez vous...

Plus de 1 500 centres d'information Jeunesse vous accueillent à travers toute la France.